Lyon-Turin : le dernier bluff ?

À en croire la communication officielle, le dossier du Lyon-Turin aurait atteint, cette fois, un point de non retour le 26 février dernier.

À chaque signature ou rencontre Franco-italienne, c’est désormais le même refrain. La même litanie. La même propagande ?

Qu’a-t-il été réellement décidé ce 26 février ?

Sur le grand tunnel, chiffré à 8,5 milliards – et dont chacun sait qu’il coûtera entre 10 et 12 – il a été garanti à l’Europe, par la France et l’Italie, que les deux pays cofinanceraient 1,8 milliards et que l’Europe pourrait donc s’engager à hauteur de 1,2 milliards, c’est à dire 40% du tout, comme convenu.

Circulez, il n’y aurait donc plus rien à voir !

Sauf que, pour qui sait compter, le compte n’y est vraiment pas….

3 Milliards, peut-être, après 25 ans d’études en tous genres, pour un tunnel qui en coûtera plus de 10, et pour un Lyon-Turin intégral qui en coûtera 25 ou 30, ça ne fait pas grand chose… un petit tiers de tunnel !

A ce rythme là, il faudra deux siècles pour joindre Lyon à Turin !

Voilà pour l’étape décisive qui a été franchie le 26 février…

Il me semble, qui plus est, que cette décision ne respecte pas la lettre et en tous cas pas l’esprit de l’article 16 du Traité qui voulait s’assurer que les financements seraient disponibles pour l’ensemble du chantier avant d’engager les travaux par phases successives… ce qui semble le bon sens…

Qui engagerait, en effet, le financement d’une phase de travaux (à 3 Milliards tout de même !) sans avoir l’assurance de pouvoir financer l’ensemble d’un ouvrage qui en coûtera 10 ou 12 pour le seul tunnel, sans parler évidemment des accès !

Aucun d’entre nous évidemment et aucun banquier en tous cas !!!

J’attends avec impatience la prochaine communication sur le Lyon-Turin qui nous annoncera que le dossier est engagé. De manière irréversible. Comme d’habitude…

Dominique Dord

Social Media Agency: Geek Up